Fadi Elchamaa

Fadi Elchamaa

Elchamaa réalise des portraits exceptionnellement chaotiques, vibrants d’intensité, hautement suggestifs et visuellement robustes grâce à une technique qu’il a perfectionnée : essuyer la surface avec de la couleur et laisser de fines couches de différents médiums. Grâce à ce processus de superposition et d’agencement, les couleurs apparemment sans rapport convergent vers des formes et des intensités lumineuses très complexes, rappelant le biomorphisme ou des paysages, donnant aux portraits des compositions fraîches, enchevêtrées et rythmées. Les travaux antérieurs d’Elchamaa se concentraient principalement sur la représentation de l’état d’esprit quotidien de personnes originaires de tout le Moyen-Orient et étaient alors qualifiés de “désordre identitaire” ; ses travaux récents repoussent les possibilités de sa peinture, de son geste et de sa forme en créant un nouveau type de peintures lyriques, dans lesquelles les différentes empreintes de peinture semblent glisser sur la surface.

La spontanéité de la peinture essuyée, la liberté du geste et l’exploration performative de la peinture que l’on observe dans l’œuvre d’Elchamaa évoquent le travail de synthèse de Kandinsky, le biomorphisme. Si le travail de Kandinsky portait sur le spirituel et la surface, celui d’Elchamaa revient à la recherche du mental et de sa fusion avec la surface, à travers le prisme des sensibilités esthétiques libanaises de l’après-guerre civile et de ses études personnelles intimes des maîtres de la peinture occidentale moderne et contemporaine, tels que Rothko, Paul Klee, Matisse, entre autres.

Elchamaa est né et a grandi à Beyrouth. Il travaille actuellement à Baabdat, au Mont-Liban.